Quel est le mode opératoire du piège à la vidéo ?

La technique de l'arnaque à la webcam

Le mode opératoire de l’arnaque et du chantage à la vidéo est toujours sensiblement le même, quels que soient les escrocs qui la pratiquent. Les différences pour les victimes se jouent sur l’agressivité des Brouteurs et sur leur ténacité. Afin de mieux comprendre les risques encourus et de se protéger des représailles qui peuvent être opérées, il est important de bien décortiquer la mécanique du chantage à la vidéo.

La prise de contact

Les escrocs sont présents sur de nombreuses plateformes. Ils créent de faux profils pour se faire passer pour un homme ou une femme à la recherche d’une relation sexuelle ou amoureuse.

Les plateformes ciblées par les escrocs sont :

  • Les sites de rencontre comme Tinder, Badoo, Adopte un mec, Meetic…
  • Les forums et tchats gratuits.
  • Les réseaux sociaux professionnels comme Linkedin.
  • Les réseaux sociaux classiques comme Instagram, Facebook, Snapchat…
  • Les logiciels de messagerie comme Hangout, Skype, Messenger…
  • Les sites de petites annonces.

La mise en confiance

Les profils des escrocs peuvent être extrêmement bien faits et n’éveiller aucun soupçon. Ils récupèrent les informations et les contenus sur des profils existants et peuvent se créer de vraies fausses identités.

Pour vous mettre en confiance, les escrocs peuvent créer un personnage et vous présenter des photos de famille, une pièce d’identité, des photos d’une maison…

Certains escrocs peuvent parler avec leur future victime pendant des jours et des semaines pour les mettre en confiance, cité des lieux géographiques et des anecdotes sur des endroits dont ils sont éloignés de milliers de kilomètres.

L’escroquerie à la vidéo étant très rémunératrice, des profils de plus en plus compétents se lancent dans ce type d’entreprise criminelle. Vous pouvez donc être confronté à des escrocs extrêmement lettrés, qui n’ont aucun mal à se faire passer pour des dirigeants d’entreprise, des avocates, et rédiger des messages dans un langage très soutenu.

Le recueil d’informations

Les escrocs ont pour but de recueillir un maximum d’informations sur leurs victimes. Fort de toutes ces informations sensibles à exploiter ultérieurement, ils pourront appuyer leur chantage avec des menaces très ciblées.

Les Brouteurs cherchent à obtenir ces informations de leurs victimes :

  • Nom et Prénom
  • adresse et ville
  • Nom de l’employeur
  • Identité des enfants ou du conjoint
  • Liste de contacts Facebook
  • Adresses mail de collègues de travail
  • Page Facebook de l’entreprise
  • Site internet de l’entreprise

Durant toutes les conversions, d’autant plus si elles durent des jours, ils pourront recueillir facilement ces informations personnelles et professionnelles sensibles sans éveiller le moindre soupçon.

L’obtention des contenus intimes

Une fois la relation de confiance établie plus ou moins rapidement, les escrocs tenteront d’obtenir de leurs victimes des contenus plus intimes.

  • Envoi de photos ou vidéos personnelles intimes par sms ou mail.
  • Vidéos compromettantes captées sur webcam.

Ils pourront utiliser des contenus intimes d’autres personnes pour laisser penser qu’il s’agit d’eux et motiver les échanges sans éveiller les soupçons.

Beaucoup de victimes n’imaginent pas qu’il est possible d’enregistrer un flux vidéo de webcam ou que la personne d’en fasse puisse être un escroc après de longues conversations.

Le chantage, la demande d’argent et la mise sous pression

Une fois les contenus intimes obtenus (photos, vidéos…), les escrocs dévoilent assez vite leurs motivations financières et de menace la victime de diffuser les contenus partout. Certaines menaces sont fantaisistes et d’autres bien réelles et mises à exécution.

Fort des informations qu’ils ont recueillies avant le début du chantage, les victimes sont souvent dans un état de sidération et sente le monde s’écrouler sous leur pied, ne voyant pas d’issue possible. C’est ainsi qu’ils arrivent dans certains cas à faire verser des centaines, milliers ou dizaines de milliers d’euros de rançon pour la non-diffusion des contenus.

Les moyens de paiement utilisés pour les demandes de paiement

  • Encaissements de chèques volés.
  • Virement bancaire.
  • Codes de cartes PCS ou Tonéo.
  • Mandat cash Western Union.
  • Réception et réexpédition de colis.

Lors de la mise sous pression des victimes, les escrocs vont faire intervenir d’autres faux protagonistes et leur faire croire qu’elles ont commis des actes délictueux.

  • Accusation d’exhibition devant une mineure.
  • Exhibition sur internet illégale.
  • Diffusion illégale d’un contenu sur YouTube.

Les victimes seront alors contactées par mail ou logiciel de messagerie par la police Interpol, la police du net, le Service YouTube ou Dailymotion, avocats, gendarmes…

Les victimes étant dans un état de peur et de stresse important, l’accumulation des menaces et la pression contente maintenant peut biaiser leur capacité de jugement et leur laisser penser que tout est vrai.

Les représailles

Il ne faut pas sous-estimer la capacité de nuisance des escrocs. Même si certains Brouteurs peuvent ne pas s’acharner trop longtemps, d’autres voudront faire payer cher aux victimes le non-paiement des sommes demandées. De nombreuses victimes se dont déjà retrouvé dans les situations délicates citées ci-dessous, et contrairement à ce que certains services de police ou forums peuvent annoncer, il s’agit de situation courante à ne pas prendre à la légère.

Les menaces proférées par les escrocs :

  • Diffusion de la vidéo aux amis Facebook : Vrai
  • Diffusion de la vidéo sur internet (Blog sites pour adulte, YouTube…) : Vrai
  • Diffusion de la vidéo sur des sites de presse comme le Figaro, France24 : Faux
  • Envoi de la vidéo sur CD à la Mairie du domicile ou au Travail : Faux
  • Envoi le la vidéo par mail à des collègues : Vrai
  • Envoi le la vidéo aux enfants ou conjoint : Vrai
  • Publication de la vidéo sur la page Facebook de l’entreprise : Vrai