Vous pensez être victime d'un chantage à la webcam et votre identité (nom et prénom) est connue des escrocs ?
Cliquez ici et recevez IMMEDIATEMENT des conseils personnalisés. via le formulaire d'aide

Je suis victime de Revenge Porn

Le chantage et l’intimidation via le Revenge Porn

Qu'est ce que le Revenge Porn

Revenge porn : qu’est-ce que c’est ?

Le revenge porn, ou vengeance pornographique en français, est une pratique de cyberharcèlement qui consiste à se venger d’un individu en publiant des contenus, messages, photos ou vidéos, à caractère pornographique.

Ce harcèlement peut également être associé à un type de sextorsion dans le but d’obtenir de l’argent ou des faveurs sexuelles. Ce type de revanche survient souvent suite à une rupture mal vécue par l’un des membres du couple.

Le contenu se retrouve ainsi publié sur les réseaux sociaux ou les hébergeurs de vidéos comme YouTube ou Dailymotion pour humilier ouvertement la victime. Que ces contenus pornographiques aient été réalisés avec le consentement de la personne ou à son insu, dans tous les cas, la victime n’a pas donné son accord pour la publication en ligne.

Revenge porn : que prévoit la loi en France ?



L’article 67 de la Loi Lemaire ou loi du 7 mars 2016 pour une République numérique a été créé avec pour objectif d’étendre le code pénal au sujet du cyberharcèlement.

Deux articles en particulier, les articles 226-1 et 226-2, sont prévus pour défendre les victimes de revenge porn. Ils encadrent les délits dits « d’atteinte volontaire à l’intimité de la vie privée par transmission de propos tenus en privé ou par captation et diffusion d’images ». De plus, un article supplémentaire, l’article 226-2-1, vise à renforcer les sanctions pénales concernant les cas particuliers de diffusion non consentie de contenus à caractère pornographique, pris dans un lieu privé comme public.

Concernant les peines, elles s’élèvent à un maximum de deux ans de prison ferme et une amende de 60.000 €.

Si les photos, vidéos ou propos sexuels ne sont pas diffusés publiquement, mais partagés avec un tiers sans l’accord de la victime, les mêmes peines s’appliquent. Le caractère sexuel du contenu est considéré comme une circonstance aggravante, doublant ainsi la peine de prison et augmentant l’amende de 15.000 €.

Dans tous les cas, il est important pour la victime de savoir que la loi punit le revenge porn comme infraction et ce indépendamment du fait si l’individu a consenti ou non à l’enregistrement du contenu initial. La diffusion non consentie sur le net ou avec des personnes extérieures en privé suffit pour punir l’auteur du revenge porn.

Revenge porn : comment bien réagir en tant que victime ?

Si vous êtes victime d’une situation de revenge porn, il existe un numéro vert mis en place par NET ECOUTE pour vous aider (0800 200 000). Plus d’informations sont disponibles en ligne sur leur site internet. Ce service a pour objectif de vous fournir de l’aide et vous apporter des conseils adaptés afin de vous accompagner au mieux dans vos démarches pour vous défendre. Quoi qu’il en soit, voici déjà la procédure que vous pouvez appliquer vous-même :

  • Commencer par signaler sans délai le harcèlement au site internet, à la plateforme, à l’hébergeur de vidéos ou au réseau social concerné. Celui-ci doit avoir connaissance au plus vite de la diffusion d’images ou de vidéos pornographiques, dans votre intérêt comme dans celui des autres utilisateurs.
  • Penser à bien prendre des captures d’écran du contenu sexuel avant qu’il ne soit supprimé par le site. Vous garderez ainsi une preuve.
  • Vous pouvez ensuite bloquer votre interlocuteur malintentionné pour éviter qu’il ne recommence aussitôt.
  • Signaler également son profil, soit sur le site pointdecontact.net soit sur internet-signalement.gouv.fr.



L’important pour vous, en tant que victime de revenge porn, est de ne pas rester seul face à cette situation. N’hésitez pas à en discuter avec une personne de confiance de votre entourage qui pourra vous épauler.

Si le harcèlement a lieu en milieu scolaire, vous pouvez aussi en parler au CPE, à une infirmière, à un professeur ou à tout autre membre compétent de la communauté éducative, y compris le chef de l’établissement.

Pour envisager un recours en justice, il est nécessaire de porter plainte, soit à la gendarmerie soit au commissariat. Pour ce faire, vous devez apporter les captures d’écran à votre dossier.

Si vous êtes mineur, vous devrez être accompagné d’un adulte, généralement un de vos parents. Pour plus de renseignements, vous pouvez entrer en contact à tout moment avec la Brigade Numérique de la Gendarmerie, compétente en la matière, via leur site internet dédié.

Revenge porn : comment éviter d’en arriver là ?

La prévention joue elle aussi un rôle crucial. Pour éviter de se retrouver en tant que victime dans une situation de revenge porn, la façon la plus simple consiste de se protéger en évitant d’envoyer photos ou vidéos dénudées de soi-même ou à caractère sexuel à une autre personne.

Vous ne pouvez jamais savoir quelle utilité elle pourra en faire. Même si vous échangez avec une personne que vous pensez de confiance, vous ne pouvez pas prédire sans risque ce qu’elle fera du contenu reçu, si ce n’est dans les jours ou semaines qui suivent, peut-être dans les mois ou années suivantes.

Si vous envoyez quand même ce type de contenu, veillez à préserver votre identité en ne faisant pas apparaître de manière évidente votre visage. En-dehors du visage, d’autres éléments distinctifs peuvent trahir votre identité, en particulier vos tatouages, cicatrices ou piercings. Il en va de même de la localisation ou de l’arrière-plan qui peuvent eux aussi révéler des indices sur la personne exposée.

Dans bien des cas, le revenge porn se révèle être le résultat d’une pratique mal contrôlée de sexting, c’est-à-dire l’échange de contenus sexuels. Si vous êtes une victime mineure, la loi est d’autant plus de votre côté qu’il s’agit de pédopornographie, une infraction sanctionnée par l’article 227-23 du Code Pénal.



Pour en savoir plus :

Ma webcam a été piratée
J’ai reçu un mail avec demande de rançon Bitcoin
On me fait chanter avec une sextape
On me harcèle avec des photos et vidéos sur internet
On me menace de diffuser une vidéo
Je suis victime d’une arnaque sentimentales

Besoin d'informations ?

+33 1 74 90 04 16
un service de
l'agence E-réputation
Net Offensive
242, Boulevard Voltaire - 75011 PARIS

Conseils personnalisés ?​

Cliquez ici pour recevoir des conseils personnalisés immédiatement