Vous pensez être victime d'un chantage à la webcam et votre identité (nom et prénom) est connue des escrocs ?
Cliquez ici et recevez IMMEDIATEMENT des conseils personnalisés. via le formulaire d'aide

Je suis victime de Revenge Porn

Le chantage et l’intimidation via le Revenge Porn

Qu'est ce que le Revenge Porn

Revenge porn : qu’est-ce que c’est ?

Le revenge porn, ou vengeance pornographique en fran√ßais, est une pratique de cyberharc√®lement qui consiste √† se venger d’un individu en publiant des contenus, messages, photos ou vid√©os, √† caract√®re pornographique.

Ce harc√®lement peut √©galement √™tre associ√© √† un type de sextorsion dans le but d’obtenir de l’argent ou des faveurs sexuelles. Ce type de revanche survient souvent suite √† une rupture mal v√©cue par l’un des membres du couple.

Le contenu se retrouve ainsi publi√© sur les r√©seaux sociaux ou les h√©bergeurs de vid√©os comme YouTube ou Dailymotion pour humilier ouvertement la victime. Que ces contenus pornographiques aient √©t√© r√©alis√©s avec le consentement de la personne ou √† son insu, dans tous les cas, la victime n’a pas donn√© son accord pour la publication en ligne.

Revenge porn : que prévoit la loi en France ?



L’article 67 de la Loi Lemaire ou loi du 7 mars 2016 pour une R√©publique num√©rique a √©t√© cr√©√© avec pour objectif d’√©tendre le code p√©nal au sujet du cyberharc√®lement.

Deux articles en particulier, les articles 226-1 et 226-2, sont pr√©vus pour d√©fendre les victimes de revenge porn. Ils encadrent les d√©lits dits ¬ę¬†d’atteinte volontaire √† l’intimit√© de la vie priv√©e par transmission de propos tenus en priv√© ou par captation et diffusion d’images¬†¬Ľ. De plus, un article suppl√©mentaire, l’article 226-2-1, vise √† renforcer les sanctions p√©nales concernant les cas particuliers de diffusion non consentie de contenus √† caract√®re pornographique, pris dans un lieu priv√© comme public.

Concernant les peines, elles s’√©l√®vent √† un maximum de deux ans de prison ferme et une amende de 60.000 ‚ā¨.

Si les photos, vid√©os ou propos sexuels ne sont pas diffus√©s publiquement, mais partag√©s avec un tiers sans l’accord de la victime, les m√™mes peines s’appliquent. Le caract√®re sexuel du contenu est consid√©r√© comme une circonstance aggravante, doublant ainsi la peine de prison et augmentant l’amende de 15.000 ‚ā¨.

Dans tous les cas, il est important pour la victime de savoir que la loi punit le revenge porn comme infraction et ce ind√©pendamment du fait si l’individu a consenti ou non √† l’enregistrement du contenu initial. La diffusion non consentie sur le net ou avec des personnes ext√©rieures en priv√© suffit pour punir l’auteur du revenge porn.

Revenge porn : comment bien réagir en tant que victime ?

Si vous √™tes victime d’une situation de revenge porn, il existe un num√©ro vert mis en place par NET ECOUTE pour vous aider (0800 200 000). Plus d’informations sont disponibles en ligne sur leur site internet. Ce service a pour objectif de vous fournir de l’aide et vous apporter des conseils adapt√©s afin de vous accompagner au mieux dans vos d√©marches pour vous d√©fendre. Quoi qu’il en soit, voici d√©j√† la proc√©dure que vous pouvez appliquer vous-m√™me :

  • Commencer par signaler sans d√©lai le harc√®lement au site internet, √† la plateforme, √† l’h√©bergeur de vid√©os ou au r√©seau social concern√©. Celui-ci doit avoir connaissance au plus vite de la diffusion d’images ou de vid√©os pornographiques, dans votre int√©r√™t comme dans celui des autres utilisateurs.
  • Penser √† bien prendre des captures d’√©cran du contenu sexuel avant qu’il ne soit supprim√© par le site. Vous garderez ainsi une preuve.
  • Vous pouvez ensuite bloquer votre interlocuteur malintentionn√© pour √©viter qu’il ne recommence aussit√īt.
  • Signaler √©galement son profil, soit sur le site pointdecontact.net soit sur internet-signalement.gouv.fr.



L’important pour vous, en tant que victime de revenge porn, est de ne pas rester seul face √† cette situation. N’h√©sitez pas √† en discuter avec une personne de confiance de votre entourage qui pourra vous √©pauler.

Si le harc√®lement a lieu en milieu scolaire, vous pouvez aussi en parler au CPE, √† une infirmi√®re, √† un professeur ou √† tout autre membre comp√©tent de la communaut√© √©ducative, y compris le chef de l’√©tablissement.

Pour envisager un recours en justice, il est n√©cessaire de porter plainte, soit √† la gendarmerie soit au commissariat. Pour ce faire, vous devez apporter les captures d’√©cran √† votre dossier.

Si vous √™tes mineur, vous devrez √™tre accompagn√© d’un adulte, g√©n√©ralement un de vos parents. Pour plus de renseignements, vous pouvez entrer en contact √† tout moment avec la Brigade Num√©rique de la Gendarmerie, comp√©tente en la mati√®re, via leur site internet d√©di√©.

Revenge porn : comment √©viter d’en arriver l√† ?

La pr√©vention joue elle aussi un r√īle crucial. Pour √©viter de se retrouver en tant que victime dans une situation de revenge porn, la fa√ßon la plus simple consiste de se prot√©ger en √©vitant d’envoyer photos ou vid√©os d√©nud√©es de soi-m√™me ou √† caract√®re sexuel √† une autre personne.

Vous ne pouvez jamais savoir quelle utilit√© elle pourra en faire. M√™me si vous √©changez avec une personne que vous pensez de confiance, vous ne pouvez pas pr√©dire sans risque ce qu’elle fera du contenu re√ßu, si ce n’est dans les jours ou semaines qui suivent, peut-√™tre dans les mois ou ann√©es suivantes.

Si vous envoyez quand m√™me ce type de contenu, veillez √† pr√©server votre identit√© en ne faisant pas appara√ģtre de mani√®re √©vidente votre visage. En-dehors du visage, d’autres √©l√©ments distinctifs peuvent trahir votre identit√©, en particulier vos tatouages, cicatrices ou piercings. Il en va de m√™me de la localisation ou de l’arri√®re-plan qui peuvent eux aussi r√©v√©ler des indices sur la personne expos√©e.

Dans bien des cas, le revenge porn se r√©v√®le √™tre le r√©sultat d’une pratique mal contr√īl√©e de sexting, c’est-√†-dire l’√©change de contenus sexuels. Si vous √™tes une victime mineure, la loi est d’autant plus de votre c√īt√© qu’il s’agit de p√©dopornographie, une infraction sanctionn√©e par l’article 227-23 du Code P√©nal.



Pour en savoir plus :

Ma webcam a été piratée
J’ai re√ßu un mail avec demande de ran√ßon Bitcoin
On me fait chanter avec une sextape
On me harcèle avec des photos et vidéos sur internet
On me menace de diffuser une vidéo
Je suis victime d’une arnaque sentimentales

Besoin d'informations ?

+33 1 74 90 04 16
un service de
l'agence E-réputation
Net Offensive
242, Boulevard Voltaire - 75011 PARIS

Conseils personnalis√©s ?‚Äč

Cliquez ici pour recevoir des conseils personnalisés immédiatement